Alexandrine Le Ray : Déshabillez moi !

2103 fois

Alexandrine Le Ray : Déshabillez moi ! - Vivre Mayotte Magazine

Alexandrine Le Ray a racheté le magasin Dessus-Dessous il y a 9 ans. Située au départ rue du Commerce, cette boutique de lingerie de marque se trouve désormais en zone Nel, juste au dessous de Mayotte Protection Incendie dont elle est la gérante. Passionnée par tout ce qui peut sublimer la beauté de la femme, elle a accepté de répondre à quelques questions pour Vivre Mayotte.


Vivre Mayotte : La lingerie n’étant pas votre domaine initial, qu’est-ce qui vous a donné envie de reprendre le magasin Dessus-Dessous ?


Alexandrine : J’ai toujours été passionnée par tout ce qui peut sublimer la beauté de la femme. Avoir une jolie lingerie y contribue fortement et puis, moralement, ça fait du bien ! C’est un domaine qui fait partie de l’univers de la mode, mais qui possède en même temps ses propres spécificités et c’est cela qui m’a attiré. C’est une façon d’entrer dans cet univers par une autre porte que par celle du prêt-à-porter.


VM : Comment vous êtes-vous formée à ce métier ?


A : L’ancienne propriétaire du magasin, qui est une amie, m’a apporté une première formation. Je me suis ensuite rendue dans de nombreux Salons de lingerie à Paris, où j’ai découvert beaucoup de choses sur cet univers. Beaucoup d’articles m’étaient totalement inconnus, comme les culottes gainantes ou encore les minimizers, ces soutiensgorges qui diminuent le volume de la poitrine. J’ai découvert aussi que notre morphologie n’était pas constante au cours de notre vie ; on évolue et certaines formes de soutien-gorge qui nous sont adaptées aujourd’hui ne le seront peut-être plus dans quelques années, surtout si on a eu des grossesses entre temps. En outre, j’ai pu constater que de nombreuses femmes ne connaissaient pas forcément leur taille exacte. C’est donc à nous, vendeuses en lingerie, de leur apporter les conseils nécessaires, cela fait partie de notre métier.

 

Portrait Alexandrine Le Ray


VM : Quelle orientation avez-vous souhaité donner à votre magasin ?


A : Dessus-Dessous est le seul magasin de Mayotte à proposer de la lingerie de marque. Aubade est notre marque principale, mais nous proposons également des articles de la marque Chantelle, spécialisée dans les soutiens-gorges pour fortes poitrines, ou encore Wacoal, plus axée sur le confort. Nous proposons également de la lingerie Passionata, marque davantage destinée aux jeunes femmes. Pour les maillots de bain, nous proposons les marques Aubade, Freya ainsi que la marque Hom, spécialisée dans les maillots de bain et les sous-vêtements masculins. En 2016, nous introduirons également une nouvelle marque dans notre magasin.


VM : Vous proposez donc également des articles pour hommes ?


A : oui, car certains sont aussi à la recherche de sous-vêtements de qualité ! Mais il est vrai que la plupart viennent au magasin davantage pour y acheter des cadeaux pour leurs femmes… Ce n’est pas encore vraiment dans les habitudes des mahorais de se préoccuper de leurs sousvêtements, mais cela commence tout doucement à entrer dans les moeurs.


VM : Proposez-vous des soutiens-gorges pour toutes les tailles ? Pouvez-vous nous détailler un peu plus le panel d’articles que vous proposez ?


A : Oui, presque toutes les tailles sont présentes dans notre magasin. Pour les soutiens-gorges, cela s’étend du bonnet A au bonnet H et, pour les culottes, de la taille 36 à la taille 46. Nous vendons d’ailleurs les hauts et les bas séparément, afin que les clientes aient une lingerie qui corresponde le mieux possible à leur morphologie. Au niveau des bas, les clientes ont le choix entre les culottes, les strings, les tangas ou les shortys. Nous vendons également des accessoires de lingerie comme les bretelles ou les porte-jarretelles. Nous avons aussi un petit coin consacré aux sex-toys…


VM : Quelle genre de clientèle avez-vous ?


A : Nous avons une clientèle à la recherche de sousvêtements de qualité. Les personnes les plus jeunes qui fréquentent notre magasin sont âgées d’une trentaine d’année car, avant, les jeunes manquent de moyens pour s’offrir de la lingerie de marque. La période des fêtes est une période-phare pour nous, car offrir de la lingerie comme cadeaux est une pratique de plus en plus répandue à Mayotte. Mahorais ou Mzoungous, les deux communautés fréquentent tout autant le magasin. Les Mahoraises sont davantage préoccupées par la qualité des sousvêtements et leur confort tandis que les Mzoungous sont davantage sensibles au concept de marque.


VM : Les hommes et les femmes ont-ils les mêmes goûts en matière de lingerie ?


A : Non, pas vraiment… Les hommes préfèrent la dentelle, tandis que les femmes plébiscitent plutôt des matières plus confortables, comme les microfibres invisibles, matière idéale pour le climat de Mayotte. On nous demande souvent du coton, mais peu de fournisseurs en proposent, car le coton se détend facilement à l’usage. Les hommes aiment également beaucoup les strings, alors que les femmes préfèrent les shortys ou les tangas, plus confortables à porter.


VM : D’une manière plus générale, quelle type de lingerie plaît à Mayotte par rapport à la métropole ?


A : A Mayotte, on est plus porté sur les couleurs vives et les imprimés, car le climat incite plus à la gaité que celui de métropole ! (rires). On est aussi plus regardant sur les bretelles qui, souvent, sont apparentes au vu de la légèreté des vêtements communément portés. Les articles sophistiqués sont plus plébiscités qu’auparavant, car la femme mahoraise devient de plus en plus féminine à mesure que Mayotte s’ouvre sur le monde. Elle suit davantage la mode qu’autrefois, même en termes de lingerie !

 


Nora Godeau

Publié par Vivre Mayotte

Vivre Mayotte

À propos de Vivre Mayotte

VM, le magazine feminin de la mode, de la beauté et de toute l’actualité des femmes Mahoraise

Commentaires (0)

Aucun commentaire
Login to post comments