Créatrice Zarwette : "Au rythme de mes mains"

2084 fois

Créatrice Zarwette : "Au rythme de mes mains" - Vivre Mayotte Magazine Photos: Franco Di Sangro

Des bobines de tissus aux multiples couleurs, imprimés fleuris, géométriques ou encore à motifs divers, des machines à coudre… Nous sommes bien dans l'appartement d'Anne, une créatrice styliste. Elle nous accueille dans son charmant appartement transformé en atelier de couture, à Bandrélé. Rencontre.



A l'étage du Sodicash de Bandrélé, rien ne distingue de l'extérieur l'appartement d'Anne de tous les autres. Mais à peine la porte poussée, le visiteur pénètre dans un univers totalement dédié à la couture et la création de robes et autres vêtements originaux signés "Zarwette". Le salon est totalement transformé en "showroom". Sur des portants au bout de la pièce, une jolie collection attend sagement d'être enfilée ! Entre bobines de tissus, bobines de fils, aiguilles, ciseaux, machines à coudre, un mannequin de couture accueille une création d'Anne en dentelle blanche. "Je me procure le tissu lors de mes déplacements en métropole, une fois par an je fais donc mon stock. Je fais mes achats dans une boutique à Marseille et j'envoie par la suite mes nombreux rouleaux par colis !", explique-t-elle. Tout a commencé il y a 10 ans. Agée de 30 ans à l'époque, Anne se crée un pantalon. "Une envie assez soudaine, je me suis mise à confectionner un pantalon en autodidacte et dehors, les gens le voulaient tous !", se souvient la créatrice. Elle a continué l'aventure à Bali où elle a confectionné et vendu de nombreux pantalons. L'aventure allait alors commencer…

 

Zarouette - Vivre Mayotte


"J'arpentais le sud et les stations de ski avec mon camion rouge"

Une table à repasser customisée en guise de table basse, des coussins aux couleurs chatoyantes, des créations loufoques décorant les murs et plafonds, nous sommes sur la terrasse d'Anne qui s'apprête à nous raconter ses débuts et son parcours de couturière. "L'aventure a réellement commencé lorsque je me suis procuré mon camion. Un camion rouge avec inscrit en grand dessus "Zarwette", un surnom que l'on m'a dédié à l'adolescence. J'arpentais les rues, les marchés d'artisans, les festivals, je faisais les saisons en France et vivait dans mon camion, la vie de bohème quoi !", lance avec une légère nostalgie la créatrice. Elle parcourra avec son camion rouge, le sud de la France durant l'été et les stations de ski durant l'hiver pendant 7 années au total. Il a suffi d'une rencontre pour un nouveau tournant. Après ces années de vagabondage, Anne sort de son circuit, elle tombe amoureuse d'un homme qui lui proposera de partir pour Mayotte très rapidement.
3 ans se sont écoulés depuis. Anne a continué ses projets de couture sur l'île au lagon en créant son atelier chez elle. Ses projets pour l'avenir? Avoir un plus grand atelier et disposer d'une ou deux couturières. "A Mayotte, cela reste un projet difficile, j'ai eu des stagiaires, mais elles ne s'investissaient pas.", confie-t-elle.

"Il m'est déjà arrivé de confectionner 30 robes dans le mois!"

 

Zarouette - Vivre Mayotte Zarouette - Vivre Mayotte
Pendant que son mari était aux Philippines, Anne portait la vie à ce moment-là, elle a alors consacré toutes ses journées à la couture. "C'était un mois de folie! J'ai réalisé une trentaine de créations : des sarouels, des robes sarouels, des combi-pantalon, des robes dos-nus, des pantalons, des hauts, des ceintures en cuir…Le modèle "Gisou" (robe bustier dos-nu) est le modèle qui a plu et qui plaît encore le plus. On me la commande régulièrement pour des cocktails ou cérémonies", explique Anne, qui vit et rêve couture depuis des années.
Pour confectionner ses créations, la styliste utilise de la voile de coton et de la voile de soie. Le coton est une fibre végétale, issue d'une plante (le cotonnier). Cette plante à l'avantage d'être facile à travailler, de supporter les frottements et d'être hypoallergénique. Ce qui en fait la matière idéale pour tout le monde. Quant à la voile de soie, c'est une fibre textile d'origine animale produite par de nombreux arthropodes. "Ce style de tissus me correspond, ce sont des tissus que je caractériserais comme ethnique et bohème", rapporte Anne. "Pour être couturière, il faut beaucoup de patience et d'entrainements. J'ai un peu baigné dans ce milieu puisque mes grands-parents étaient tailleurs. De plus, ma mère et ma sœur se passionnent également pour cette activité !", souligne fièrement la créatrice.
Riche de son expérience en stylisme, elle imagine aujourd'hui, dans son espace bucolique, de nouvelles créations, se consacre actuellement principalement à la gent féminine, mais la créatrice se penche dorénavant sur des modèles de sarouels pour homme. De belles créations à découvrir prochainement…

 

 Marine Henquenet




Retrouvez une partie de ses créations sur sa page Facebook: "Zarwette"
Sur rendez-vous: 06.39.20.19.42

Publié par Vivre Mayotte

Vivre Mayotte

À propos de Vivre Mayotte

VM, le magazine feminin de la mode, de la beauté et de toute l’actualité des femmes Mahoraise

Commentaires (0)

Aucun commentaire
Login to post comments